Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Rêves en noir

Rêves en noir, de Jo Witek

Rayonnage : Roman ado, Thriller

 

Résumé

Jill a 16 ans, c'est une ado comme les autres : elle est jolie et veut plaire aux garçons, elle a une petite bande d'amis proches, elle aime faire du shopping avec Ada, sa meilleure amie, elle va au lycée et réfléchit à ses études futures. Mais elle est aussi en rébellion, contre son père qui veut toujours qu'elle se dépasse, contre sa mère, actrice parisienne trop peu présente, contre sa petite soeur, dont elle ne saurait cependant se passer, contre son handicap surtout, qui la freine plus qu'elle ne le souhaiterait. Car Jill a perdu la vue depuis 7 ans, suite à une tumeur placée trop près du nerf optique et malgré plusieurs opérations qui ne l'ont pas soignée.

Un soir, elle se lance un défi et escalade seule la grille du parc située juste à côté de chez elle. Elle est alors témoin d'une agression, un homme est battu sur le trottoir, et elle entend tout. A partir de cette nuit, Jill se met à rêver en couleurs, ce qu'elle ne connaissait plus depuis longtemps.

Un jour où elle se promène avec Ada, elle reconnaît les sons qui accompagnent la scène qu'elle revit chaque nuit en couleur. Surgit alors le bel adolescent aux yeux noirs et au sweat bleu qu'elle voit chaque nuit : elle décide de le suivre, persuadée qu'un lien mystérieux les unit...

 

Mon avis

Un roman au suspense plutôt soft, mais que j'ai trouvé très bien pensé, et très riche malgré tout. L'auteure a su cerner son personnage, elle se met dans sa peau et nous entraîne de son côté des choses, du côté des mal- et non-voyants, et j'ai trouvé cela très intéressant.

Les adolescents sont tous scolarisés à l'INJA, Institut National des Jeunes Aveugles (entre les murs duquel est passé, notamment, Louis Braille), et l'auteure explique dans une note finale qu'elle a pu passer quelques jours dans cet institut pour vivre de l'intérieur le quotidien de ces élèves pas comme les autres. On y vit des cours habituels, SVT, maths ou lettres, par exemple, mais adaptés. On y vit aussi des cours qui, pour nous voyants, nous semblent étranges : cours de vie quotidienne (apprendre à se maquiller seule) ou de mobilité (apprendre à se déplacer sans aide dans toute sorte de milieu), par exemple.

L'auteure nous livre aussi le point de vue de ces ados comme les autres, en nous soumettant leurs pensées, leurs interrogations, leurs hésitations : comment savoir que l'on plaît à un garçon ? Comment "entendre" le regard des gens ? Quelle image se font-ils des gens qu'ils rencontrent pour la première fois ? Leur humour aussi : les échanges sur les croyances liées à leur handicap (dons de double-vue, de prémonition ou de voyance), les comparaisons entre la version "en noir" et la version "en braille" de Harry Potter (7 volumes en noir, plus de 50 en braille). Et enfin, leurs idées sur le monde extérieur : les professions qui leurs sont refusées d'emblée, les superstitions qui les entourent (l'un des amis de Jill est un Africain albinos, qui a dû fuir son pays tout nourrisson avec sa mère pour échapper à la mort), leur façon de voir, et la diversité qui existe dans ce monde des mal- et des non-voyants (amblyopie, vision tubulaire, dépigmentation, cécité innée ou acquise...)

Pour tout cela, j'ai trouvé ce roman très intéressant. Il est également très riche humainement, en nous offrant une galerie de portraits qui n'ont pas l'air de ce qu'ils sont : l'ado rebelle qui ne demande que l'amour, le délinquant qui ne veut que rendre service, le policier qui se laisse toucher par la fragilité et la force des jeunes qu'il traque... Dans ce roman, seuls les méchants sont ce qu'ils sont, brutaux, un peu bêtes, probablement dangereux (mais cela n'est que suggéré par des faits antérieurs, dans un roman pour adultes ils le seraient davantage...)

Et puis évidemment, il ne faut pas oublier l'amour, bien présent dans ce roman. Entre l'un qui est amoureux mais sans l'être en retour (son discours est d'ailleurs très touchant, quand il explique comment il vit son amour et ce qui lui suffit), l'autre qui aime un garçon qui pourrait bien ne pas l'aimer, le troisième qui voit dans cette affaire l'occasion de se rapprocher de celle qu'il aime, et le dernier qui aide son amoureuse à se dépasser avant de succomber lui aussi... Cela fait un peu "bons sentiments" exprimé comme cela, mais j'ai bien aimé ces touches de sentiment dans un roman ado, elles m'ont semblé justes et assez bien dosées, correspondant aux interrogations que se posent les jeunes lecteurs.

En résumé, j'ai bien aimé ce roman, j'ai été prise dès le début, happée par l'histoire et par le rythme, et j'ai regretté qu'il se termine si vite. Je vous le recommande, si vous aimez la littérature ado, bien sûr ! ;-)

Labrige 15/05/2013 09:00

Ta version écrite de défense de ce roman donne autant envie de le lire que ta plaidoirie orale à la bibliothèque !

Bernie 15/05/2013 09:07

^^ Si tu le lis, j'espère qu'il te plaira !