Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Tu seras prof, ma fille...

Bonjour !

Aujourd'hui, une fois n'est pas coutume, petit billet d'humeur, que je vous souhaite court...

 

Argh, je déteste quand le sort s'acharne ainsi sur moi... Vous le savez, après mon dernier remplacement, que j'avais accepté par amitié pour le directeur de l'établissement, je m'étais dit "le moins possible !!". J'avais pensé trouvé une échappatoire en travaillant un mois et demi à la Procure, cela m'avait tellement plu que j'espérais trouver de nouveau dans le domaine de la librairie. Malheureusement, hier et aujourd'hui, le sort m'a montré que ce ne sera pas chose aisée que de changer de voie...

En rentrant lundi soir après deux merveilleuses semaines à Madrid (récit à venir quand j'aurais récupéré plus de photos), j'étais motivée et gonflée à bloc pour postuler dans toutes les librairies de Rouen. Mardi fut consacré aux lessives et autres rangements, reprise de contact avec mon quotidien, et le matin une inhumation très émouvante, puis un repas impromptu en famille.

Mercredi matin, un appel d'un établissement de l'Eure me fait chanceler : "J'ai lu le rapport sur votre dernier remplacement, il est très positif, je cherche un prof de lettres classiques - latin et français - en lycée, pour 20h/semaine sur toute l'année, est-ce que cela vous conviendrait..." et tutti quanti. Je tergiverse, je recule : on se rappelle le lendemain quand l'emploi du temps sera fixé, pour voir si c'est possible. Au fond de moi, je sais déjà que je refuserai, car je n'ai pas envie de faire plus d'une heure de route chaque jour, plus les copies, les cours, les élèves... Un quotidien que je n'avais pas du tout envie de retrouver. La fatigue nerveuse + la fatigue physique, j'ai déjà donné !!

Jeudi, nouveau coup de fil, "Je vais devoir refuser, cours le mercredi matin, pas possible avec un de mes engagements pris avant les vacances - Oui, mais je n'ai personne d'autre, comment je vais faire... - Bon, je vois avec mon autre engagement si vraiment ce n'est pas possible, et je vous rappelle demain." Je tergiverse encore, quoi, en repoussant au lendemain ma réponse définitive. Je me booste alors pour imprimer de nouveaux CV et les déposer dans quelques librairies, dont la librairie étudiante à laquelle j'étais assidue durant mes années fac.

Vendredi matin, j'ai pris ma décision, je reprends mon téléphone pour d'abord appeler la librairie étudiante ("nos effectifs sont au complet, réessayez en mars"), puis rappeler l'établissement, et leur dire un non ferme et définitif, arguant que l'une des librairies rouennaises où j'avais postulé m'avait acceptée et que je commençais lundi matin. J'espérais vraiment que ce serait rapidement vrai...

Oui, mais, voilà, le destin est capricieux, il faut gagner sa vie, et je n'avais toujours pas d'appel de librairies. En début d'am vendredi, nouveau coup de téléphone d'un établissement de centre-ville (rive gauche) cette fois, pour me proposer un poste en latin uniquement (sans français, quelle chance !!), collège et lycée, temps complet (18h), pour l'année. La répartition des heures est telle que je dois renoncer à mon activité-oxygène du mercredi matin (la bibliothèque). Je leur explique donc le cas (en ne parlant pas du bénévolat à la bibli, mais plutôt d'une maman qui a besoin de moi pour les déplacements entre diverses activités, ça fait plus sérieux), la dame me dit qu'elle voit ce qu'elle peut faire.

Je décide alors je descendre en centre-ville pour déposer quelques CV dans d'autres librairies. J'en fais deux, chou blanc, ils ne cherchent personne. Mon téléphone sonne de nouveau : l'établissement du début d'am s'est arrangé pour dégager les heures du mercredi matin, accepterai-je de rencontrer le chef d'établissement ? Comme je suis en centre-ville, et qu'ils se sont donné cette peine pour moi, j'accepte, je saute dans le premier métro, je me perds un peu dans le quartier, et j'arrive enfin à l'accueil.

Rencontre détendue et cordiale avec le chef d'établissement, puis avec la secrétaire, je signe les papiers, j'ai l'emploi du temps (je termine tous les jours à 18h20, bof bof ! Mais il n'y a que 3h de soutien en français, sinon c'est que du latin...), je rentre chez moi, non sans passer par la FNAC pour m'accorder un petit plaisir (la trilogie du Roi Lion est enfin rééditée en DVD, alors qu'elle ne devait plus l'être, je n'allais pas laisser passer l'occasion de compléter ma collec' Disney !! Et non, même pas honte ! ). RDV est pris pour mardi 8h30, jour de la pré-rentrée, pour rencontrer les collègues et faire connaissance de l'établissement.

Samedi matin, nous partons pour Lens, pour apporter les premiers cartons de mon petit frère qui s'y installe pour l'année scolaire. Retour dans l'après-midi chez mes parents, je déplore la perte de mon petit nounours de portable (anecdote, mais p-être a-t-elle son importance ?), puis nous rentrons chez nous. A peine garés sur notre parking, téléphone : "Bonjour, la librairie étudiante, je vous appelle suite à notre entretien téléphonique hier, seriez-vous prête à commencer mardi à 9h30 ?"

 

Argh !!!! Que n'ont-ils appelé hier vers 15h, j'aurais dit oui tout de suite, même si ce n'était que pour 15 jours !! Maintenant, impossible de rappeler l'établissement scolaire pour leur dire que j'ai trouvé autre chose !!! Quelle malchance !!

Et du coup, je suis presque sûre que ce petit nounours, que j'avais accroché à mon téléphone il y a bientôt 10 ans de cela, me portait la poisse, sinon comment expliquer qu'au moment où je le perds, mon rêve de ne plus être prof devient presque réalité ?

 

Bon allez, je vais aller noyer mon chagrin dans le jus de pêche (moins bon que celui dont je me suis abreuvée en Espagne, soit dit en passant), en attendant que Gus rentre de sa soirée ciné entre potes... Snif snif...

 

PS : J'ai été un peu longue, mais j'ajoute juste une petite chose : j'espère ne pas avoir trop de mal à maintenir le rythme de broderies/couture, mais j'ai bien peur que ce blog soit un peu à l'abandon ces prochaines semaines... Vous m'en voyez aussi désolée que vous !!

Luna 28/08/2011 21:06


Argh, quelle malchance... Je suis désolée...
Soule-toi au jus de pèche en regardant Simba...


Bernie 29/08/2011 07:36



^^ C'est à peu près ce que j'ai fait samedi soir du coup, puisque Gus était sorti au ciné... -.^