Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les enquêtes du Juge Ti

Aujourd'hui, plutôt que de vous parler d'un roman, je vais vous parler d'une série policière qui se déroule dans un cadre plutôt... exotique !


Mais parlons tout d'abord de l'auteur, qui a une vie qui elle-même pourrait être un roman...

 

Robert Van Gulik est né en 1910. C'est un hollandais qui éprouve une passion peu ordinaire pour le monde oriental, surtout la Chine. Cette passion l'a amené à étudier avec beaucoup d'attention la vie, les coutumes, la religion de ce pays, et ce dès son plus jeune âge. Alors qu'il n'a que onze ans et qu'il vit avec son père, général des armées dans les Indes néerlandaises, il écrit un essai sur un genre théâtral typiquement asiatique, le Wayang Golek (technique théâtrale utilisant des jeux d'ombre avec des marionnettes). Cet essai, bien qu'écrit très tôt dans sa vie, se révèle être une véritable somme d'érudition, et passe encore pour le plus complet sur le sujet qui existe à ce jour !

Au cours de ses études en Hollande, il devient un expert dans différentes cultures orientales : il parle couramment le javanais, le japonais, le chinois, le tibétain ; il étudie le sanscrit, le latin et le grec, passe différents diplômes dans des spécialités qui se rapportent à ces cultures... Bref, un érudit spécialisé dans la sinologie, alors qu'il a suivi des études dans lesquelles aucune de ces options n'étaient proposées !!

Après avoir acquis un doctorat ès Lettres et Philosophie, il est engagé pour un poste diplomatique aux Indes, et plus particulièrement au Japon, poste qu'il rejoint en traversant la Chine. Il profitera de cette période pour parfaire son japonais, apprendre le coréen, le mongol et l'hindi. Mais surtout, il s'imprègne tellement de ces cultures qu'il passera auprès de ses collègues japonais et chinois pour l'un des leurs, sinon un très proche ami ! Par la suite, la guerre éclate, le Japon prend parti avec l'Allemagne, et les différents corps diplomatiques présents dans ce pays sont rapatriés. Robert Van Gulik est alors envoyé en Afrique, où ses connaissances sur le monde asiatiques serviront beaucoup les services secrets. Pendant ces années africaines, il s'amusera à apprendre le swahili et l'arabe !

En 43, il est renvoyé en Chine, où il rencontrera celle qui devient sa femme l'année suivante, et dont il a rapidement un fils. La fin de la guerre est aussi la période où il lit un petit ouvrage qu'il a trouvé au Japon, un roman policier chinois qui parle d'un certain Juge Ti, mais il l'oublie vite, très occupé qu'il est par ses fonctions diplomatiques. De plus, il apprend l'espagnol, dans l'espoir d'être envoyé en Amérique du Sud, mais c'est à Washington qu'il atterrira, où il restera deux ans, en 47 et 48. C'est à cette époque qu'il traduit son premier roman, Dee Goong an (Trois affaires criminelles résolues par le Juge Ti).

En 1948, il retourne au Japon, où il restera trois ans. C'est une période de très forte production littéraire : Le squelette sous cloche, Le mystère du labyrinthe, et un essai sur la vie sexuelle dans la Chine ancienne. Il est ensuite envoyé à New Dehli pour deux ans, où il rédige Meurtre sur un bateau de fleurs, qu'il finira au Moyen-Orient. Il se passionne également pour le tantrisme et le sanscrit, mais une mauvaise cataracte l'oblige à retourner aux Pays-Bas pour se faire opérer. Il y restera trois ans, durant lesquels sa femme perfectionnera son néerlandais, et apprendra l'anglais. C'est aussi là-bas que Robert Van Gulik fait publier les Affaires résolues à l'ombre du poirier, une traduction d'un roman policier japonais (T'ang-yin pi-shih).

En 1956, il prend son poste d'Ambassadeur à Beyrouth, où il séjourne pendant trois ans. Il y rédige un nouvel essai sur le Chinese Pictoral Art as viewed by the Connoisseur (900 exemplaires, un nombre limité par le nombre d'échantillons de papier de soie qu'il a préparés pour les joindre à l'ouvrage). Il prend alors des leçons d'arabe, et publie le Scrapbook for Chinese Collectors. Quant aux romans policiers, c'est à Beyrouth que vont naître Trafic d'or sous les Tang, L'énigme du clou chinois, Le monastère hanté, Le pavillon rouge, Meurtres au Nouvel An, Meurtre sur l'étang de lotus, Les cercueils de l'Empereur, et l'ébauche du Paravent de laque.

Il est alors affecté en Malaisie, où il rencontre les singes gibbons, qui garderont toujours une place particulière dans son coeur. Durant ses trois années dans ce pays, il rédigera encore La perle de l'Empereur, Meurtre à Canton, The golden pagoda (pièce de théâtre non traduite encore en français). Puis il revient à La Haye, où il écrit Le matin du singe, Le jour de grâce, La nuit du tigre et Le motif du saule. Le 15 juin 1964, il est reçu à l'Académie Royale des Arts et des Sciences, puis en 1965, il est nommé ambassadeur au Japon.

Pendant encore trois ans, son activité littéraire va se poursuivre : un essai sur les gibbons (The Gibbon in China), et la suite des aventures du Juge Ti : Le fantôme du temple, Le juge Ti à l'œuvre (qui regroupe plusieurs enquêtes du Juge Ti, dont un inédit, "Le passager de la pluie"), puis Le Collier de la Princesse et enfin Assassins et Poètes. Sa santé se dégradant rapidement, il prépare un voyage de quelques semaines aux Pays-Bas. Dès son arrivée, il consulte plusieurs spécialistes, dont le diagnostic est sans appel : le cancer du poumon est très développé, il n'en n'a plus pour longtemps et doit être hospitalisé. Dans sa chambre d'hôpital, on lui installe un bureau, sur lequel il met la dernière main à son essai sur les gibbons, qui paraîtra le jour même de sa mort. Enfin, il rentre chez lui, où il s'acharne à terminer Assassins et Poètes, auquel il met le point final un vendredi de début septembre. Le dimanche suivant, dans la soirée, il meurt, dans son lit, entouré de sa femme et de ses enfants.

 

(source principale de cette courte biographie : http://le.juge.ti.chez.tiscali.fr/auteur.htm - page supprimée)

 

 

Voilà, je vous ai mis dans le cours de cette présentation la plupart des titres des aventures du Juge Ti. Je vous en donne maintenant l'ordre chronologique, si vous avez envie de les lire... (en fait d'ordre chronologique, c'est surtout l'ordre dans lequel je conseillerais de les lire, car ils sont regroupés par lieu d'enquête... Le juge ayant fait carrière dans la Chine des Tang (7ème siècle environ, pour situer), il a évolué de poste en poste dans tout le pays, ce qui explique qu'on peut retrouver des personnages d'un roman à l'autre !

 

Les enquêtes du Juge Ti, de Robert Van Gulik

 

Rayonnage : Romans policiers

Juge Ti

 

Trois affaires criminelles résolues par le Juge Ti

Trafic d'or sous les Tang

 "Cinq nuages de félicité" (in Le Juge Ti à l'oeuvre)

"Une affaire de ruban rouge" (in Le Juge Ti à l'oeuvre)

"Le passager de la pluie" (in Le Juge Ti à l'oeuvre)

Le paravent de laque

Meurtre sur un bateau de fleurs

"Le matin du singe" (in Le singe et le tigre)

Le monastère hanté

"Meurtre sur l'étang de lotus" (in Le juge Ti à l'oeuvre)

Le squelette sous cloche

"Les deux mendiants" (in Le Juge Ti à l'oeuvre)

"La fausse épée" (in Le Juge Ti à l'oeuvre)

Le pavillon rouge

La perle de l'Empereur

Le collier de la princesse

Assassins et poètes

Le mystère du labyrinthe

Le fantôme du temple

"Les cerceuils de l'Empereur" (in Le Juge Ti à l'oeuvre)

"Meurtre au Nouvel An" (in Le Juge Ti à l'oeuvre)

L'énigme du clou chinois

"La nuit du tigre" (in Le singe et le tigre)

Le motif du saule

Meurtre à Canton

 

(Tous ces romans sont disponibles chez 10/18, dans l'excellente collection "Grands détectives")

 

Mon avis

Vraiment, je vous les conseille, on apprend plein de choses sur la Chine qu'il parcourt, et puis, il s'agit d'un personnage qui a réellement existé, et qui est une sorte de légende en Chine aujourd'hui. On croise plein de personnages plus ou moins haut placés, des brigands et prostituées aux courtisanes et à la famille impériale, en passant par des moines, des soldats, des gradés à la retraite ou en exercice, et encore beaucoup d'autres. Ca donne un véritable aperçu de toute la société de cette époque.

Quant au style des enquêtes menées, on pourrait dire qu'il s'agit en fait d'un Sherlock Holmes à la chinoise, c'est tout à fait ça ! Un roman policier à la mode orientale, basé plus sur des descriptions, des déductions et la psychologie que sur les poursuites et les actions "sur le terrain"...

Moi j'adore ça, c'est vraiment bon pour les méninges ! Et ne vous inquiétez pas, on ne s'y ennuie absolument pas !!! ^_^

 

Nota Bene : Les auteurs américains Eleanor Cooney et Daniel Altieri se sont essayé à écrire de nouvelles enquêtes, j'ai calé dès le premier opus que j'ai tenté de lire, la Révolte des Lettrés, trop artificiel et indigeste à mon goût. L'auteur français Frédéric Lenormand s'est essayé à écrire les "Nouvelles enquêtes du Juge Ti", mais je n'ai pas encore eu l'occasion d'en lire, je ne puis donc vous donner mon avis !

chantal GATIEN 23/03/2014 16:25

J'aime particulièrement l'histoire et les énigmes policières et j'ai beaucoup apprécié les livres de Parker (qui se situe dans le japon médiéval) alors j'ai commencé à lire un des premiers livres de la série "juge Ti" merci pour vos explications sur l'auteur et sur votre chronologie des livres parus. Lorsque je lirai après ceux de van Gulik, les nouvelles enquêtes de Lenormand, je ne manquerai pas de partager avec vous mes impressions.