Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le chapeau de Mitterrand

Le chapeau de Mitterrand, d'Antoine Laurain

Rayonnage : Roman

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/9/2/1/9782081274129.jpg

 

Résumé

Un soir où Daniel Mercier se sent seul, il va dîner dans une brasserie parisienne. Par hasard, un prestigieux personnage vient s'installer auprès de lui : François Mitterrand, accompagné de deux ministres. A la fin du dîner, le Président s'en va, en oubliant son chapeau... Daniel s'empresse de le garder, comme une relique, comme un talisman. il ne se doute pas que ce chapeau sera responsable du bouleversement de sa vie, et de trois autres vies après lui.

 

Mon avis

Un roman à sketches, très plaisant à lire, malheureusement trop court à mon goût. J'ai beaucoup aimé l'idée de départ, un chapeau un peu magique, qui s'accorde très bien à la personnalité un peu mystique du président français des années 80.

Le propos principal qu'il faut en retenir, c'est la possibilité de changer de vie si l'on sait en saisir l'occasion. Faire le point sur ce qui nous encombre, et savoir s'en débarrasser pour se sentir plus léger : telle est bien la philosophie que nous livre l'auteur. Et le chapeau n'est que le vecteur de ce changement parfois radical. L'auteur a su prendre plusieurs personnages très différents, et tous illustrent cette vision des choses, en connaissant des bouleversements inattendus dans leur vie.

Il y a la jeune femme qui trouve le courage de plaquer son amant marié, le génie du parfum dépressif qui retrouve goût à la vie, le timide employé qui dame enfin le pion à son supérieur et se trouve promu. Et on échappe pas à l'inévitable couplet politique, avec l'homme bien "de droite", qui du jour au lendemain ouvre les yeux sur la politique socialiste, et y prend goût.

Mais ce couplet politique, s'il ne convient pas à tout le monde, est tellement caricatural que finalement, il est fort bien venu. Passer, du jour au lendemain, du Figaro à Libé, des soirées coincées entre gens de bonne famille aux soirées chez Séguéla, avec Tapie et Lang, d'un rejet des "nouveautés socialistes" au goût presque immodéré pour les nouveaux artistes, Ming Pei et Buren en tête... On passe d'un cliché à l'autre, et je me suis dit que c'était très bien vu. Evidemment, je suis trop jeune pour avoir réellement connu tout cela, je n'ai que le regard un peu décalé de ce qu'on en lit ou voit par les rétrospectives et archives diverses, mais bon, j'ai beaucoup apprécié, p-être parce que j'ai ce recul dû à l'âge.

L'ensemble du roman se situe dans les années 80, et a le mérite de les faire revivre. On y parle de certaines technologies aujourd'hui désuètes (le Minitel et les répondeurs à cassettes), de la musique à la mode, ou bien déjà dépassées, de la vie politique (ah ! la cohabitation...), des parfums-star de ces années (Shalimar en tête)... L'auteur sait bien les faire revivre, et l'on se croirait presque, à certains moments, dans un documentaire sur cette décennie. Ce n'est cependant qu'une toile de fond aux aventures un peu décalées de ce simple chapeau de feutre noir qui passe de tête en tête, au fil du hasard.

L'auteur utilise une écriture protéiforme, où quelques échanges épistolaires se mêlent au roman, ce qui change un peu le style général. Le roman est déjà très court, et l'irruption de ces lettres permet de changer le ton, de surprendre, mais finalement elles se glissent très bien dans l'ensemble.

La forme change, mais aussi le fond : on y trouve un exposé sur les années 80, une petite enquête de Daniel qui cherche à retrouver son chapeau, un peu d'ésotérisme à la fin (Mitterrand ne croyait-il pas à la force des esprits ?), un peu d'espionnage... Je reprocherais toutefois à l'auteur d'avoir mélangé tout cela à la fin du roman seulement, et pas un peu plus tôt ou dans l'ensemble, par petites touches. On a un peu l'impression qu'il manquait d'inspiration et cherchait à conclure.

Cependant, ce reproche est pour moi passager, car j'ai beaucoup aimé l'ensemble de cet ouvrage, où l'humour domine. Je ne peux que le conseiller à la lecture : vous y passerez un bon moment, quoiqu'un peu court !

MissK! 29/02/2012 17:14

Euh... voyons que je calcule... j'ai eu mon bac en 93! suis allée jusqu'en maitrise de Lettres Modernes ce qui m'a mené jusqu'en septembre 97! Par contre j'avais beaucoup plus d'heure de
littérature... et beaucoup moins de latin qui était en option d'ailleurs! mais j'ai fait du latin jusqu'en licence quand même! Côté littérature: c'était 90% de mes cours à côté du latin, de
l'anglais et de l'ancien français! Faut dire: même en option je prenais la littérature! Quand on aime on ne compte pas!!!
Euh... moralité: suis plus vieille que toi et Beaumarchais faisait de la résistance! lol mdr!!!
Bizoux doux ma tite professeuse adorée!
MissK

Bernie 29/02/2012 20:29



Oh la vieille !!!!  Je pensais pas qu'on avait autant de différence toutes les deux, sincèrement !


Pour ma part, moins je prenais de littérature, mieux je me portais. Enfin, ça dépendait des profs et des cours, évidemment, mais dans l'ensemble j'ai préféré la linguistique ancienne, et les
langues anciennes... Les étudiant(e)s se suivent et ne se ressemblent pas ! ;-)



MissK! 29/02/2012 13:05

HiHi! J'avais suivi 1h le cours du prof de beaumarchais en début d'année, car j'hésitais! Il avait réussi à me convaincre en 1h qu'il y avait meilleur prof que lui!!! hihihi! On a du se croiser à
la fac ma tite Bernie!!!
ça se trouve on était même parfois dans les mêmes cours!!! hihi
Bonnes vacances ma tite professeuse!!! Quelle matière au fait?
Bizoux doux
MissK

Bernie 29/02/2012 14:04



C'est marrant, le monde est tout petit en fait !! J'ai eu mon bac en 2000, et si ma mémoire est bonne, Beaumarchais c'était en 2003 ou 2004.


J'étais en Lettres Classiques, donc je suivais assez peu de cours de littérature (1 par siècle, sur les 3 - 4 pour moi - ans de DEUG et Licence). Aujourd'hui, je suis prof de latin, un peu de
français, et de grec quand on m'en propose (càd... très très rarement, snif !)


@+ !



Labrige 29/02/2012 08:39

Il est dans la liste des à-lire .... mais cette liste est vraiment bien longue !

Bernie 29/02/2012 12:26



Et ne cesse de s'allonger, si je ne m'abuse... ;-)