Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La ligne pourpre

La ligne pourpre, de Wolfram Fleischhauer

Rayonnage : Roman historique

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/images_produits/ZoomPE/7/0/5/9782709626507.jpg

Résumé

Deux femmes dans une baignoire. La blonde, à notre droite, tient délicatement, entre l'index et le pouce gauche, du bout du doigt, une bague. La brune, à notre gauche, vient, entre l'index et le pouce gauche, pincer le sein droit de la première. En arrière-plan, une femme assise au côté d'une cheminée coud une étoffe blanche. Au milieu de la pièce, se trouve une table recouverte d'un lourd tissu vert...
Voici quel est le tableau bien connu qui fascine les nombreuses personnes qui viennent le voir au Louvre, notamment le narrateur de l'histoire, qui cherche à élucider le mystère qui accompagne cette toile. Aucun nom n'est mentionné, personne ne sait exactement qui sont ces deux femmes, ni pourquoi elles posent ainsi. Tout ce que l'on peut trouver autour de l'histoire de cette toile ne sont que des suppositions, rien n'est tout à fait sûr.
Un jour, un ami du narrateur trouve par hasard un manuscrit qui pourrait bien éclairer le mystère encore jamais résolu, et nous partons avec le narrateur dans une plongée au coeur de l'histoire, à la suite d'un jeune homme qui a décidé d'être peintre à la cour d'Henri IV, au moment de la mort mystérieuse de sa maîtresse attitrée, Gabrielle d'Estrée, mère de deux bâtards royaux, en passe de devenir l'épouse officielle du roi, grâce au mariage programmé quelques jours plus tard... A quoi ou à qui est due cette mort ? Empoisonnement, maladie, jalousie ? Qui est la seconde personne sur le tableau ? Quel rôle a-t-elle joué dans ce drame ? Et ce tableau, quelle valeur historique lui donner ? Nul ne le sait...

 

Mon avis

Nous voici donc plongés avec ce roman dans un univers assez peu connu, sauf de quelques spécialistes, la cour d'Henri IV à la toute fin du 16ème siècle. Ce que je trouve original, c'est que nous découvrons en même temps que le narrateur le manuscrit que son ami lui remet, car le manuscrit nous est totalement retranscrit, et nous avons ainsi un roman dans le roman, ou du moins, un récit dans le roman. L'auteur s'est ainsi attaqué à un exercice difficile, mêlant quatre types d'écriture différentes en un roman, passant de l'une à l'autre entre deux chapitres... Nous passons d'un récit à la première personne à une lettre ou à un rapport de police, puis à un récit raconté d'un point de vue omniscient, mais extérieur à la scène... Bref, un roman composite, mais assez réussi à mon avis.
De plus, nous plongeons avec le narrateur dans une énigme (réelle) de l'Histoire Française jamais résolue, ce qui était un pari risqué, mais l'auteur ne s'en tire pas trop mal. Certes, l'intrigue est un peu longue à commencer, mais il est nécessaire de faire un long point historique sur cette période peu connue pour pouvoir plonger entièrement dans l'enquête, qui, une fois commencée, nous captive tellement qu'on a du mal à fermer le livre pour le reprendre plus tard... Les indices sont bien amenés, quoique parfois le lien est un peu tiré par les cheveux, et la lumière se fait très progressivement. Nous faisons (ou refaisons) connaissance avec une période troublée : les amours adultérines, la pauvreté du peuple, les guerres de religions, l'art, les luttes entre le roi Henri IV et sa première épouse, Marguerite de Valois (plus connue sous le nom de la reine Margot), entre l'Etat et l'Eglise... Nous croisons donc beaucoup de personnages, peut-être un peu trop, mais tous ont, au final, leur rôle dans l'histoire et l'Histoire, et finalement nous nous y retrouvons bien. Et nous ne pouvons que nous apitoyer sur le sort de la pauvre jeune fille sacrifiée sur l'autel de la raison d'Etat et des mariages arrangés, alors que nous retenons d'Henri IV l'image d'un roi pas si galant que cela...
Nous sommes ici bien loin des préoccupations ésotérico-simili-historiques et des hypothèses tordues de Dan Brown : Fleischhauer s'attarde et se base sur les faits historiques avérés, et tente réellement d'élucider l'énigme proposée. La lumière se fait petit à petit, touche par touche, dans notre esprit, et nous sommes tenus en haleine jusqu'à la dernière page... La solution proposée est de plus tout à fait crédible, même si on peut en trouver d'autres ! Autre qualité : au milieu du roman, sont insérées quatre planches couleurs, nous donnant des représentations (petites, mais bonnes) des tableaux mentionnés dans l'intrigue, nous ne sommes donc pas obligés d'aller chercher dans des bouquins d'histoire de l'art ou d'attendre la parution de l'édition illustrée pour pouvoir voir et vérifier ce que dit l'auteur !

Labrige 30/06/2011 13:43


Je suis en train de commencer un livre qui se passe au moment des guerres de construction du royaume de France, avec entre autres figures historiques Aliénor d'Aquitaine .... et c'est vrai que bien
souvent on aurait envie d'avoir une généalogie à proximité, une carte des lieux, etc ... Ce serait plus intéressant que les chronologies de guerres et voir 4 fois de suite la Révolution française
!!! On pourrait ainsi découvrir et faire découvrir aux jeunes que notre Histoire ne commence pas à la fin du 18° siècle, avec ensuite les 2 guerres mondiales (ah bon, il y a eu d'autres événements
entre 2 ????)
Bon, je ne vais pas refaire le programme d'histoire enseignée à nos enfants le jour même où je vais "arroser" mon départ en retraite !!!


Bernie 30/06/2011 15:26



Et puis de toute façon, tu n'es pas prof d'histoire... ;-)


Mais je suis en partie d'accord : reprenons depuis le début, l'Antiquité et tout ça (et pas seulement en 6ème), pour ancrer en nos élèves les fondamentaux et les bases de la vie européenne, de la
démocratie, et de ce que nous sommes aujourd'hui !