Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La cité des fleurs

Stravaganza, t.3 : La Cité des Fleurs, de Mary Hoffman

Rayonnage : Roman Ado, Fantastique

http://www.images-chapitre.com/ima3/original/818/1073818_3045927.jpg

Résumé

Sky, 17 ans, est très amoureux d'Alice, une jeune fille de son lycée. Mais il est aussi extrêmement timide, et responsable de sa mère, atteinte du syndrôme de fatigue chronique depuis trois ans. Il a donc peu de temps pour lui faire la cour. Un matin, il trouve devant sa porte un joli flacon de parfum bleu, avec un bouchon en forme de lys. Comment est-il arrivé là ? Est-ce pour sa mère, qui est aromathérapeute ? Mais il est irrésistiblement attiré par ce petit flacon...

Le soir-même, il s'endort avec le flacon dans la main. Quand il rouvre les yeux, il est dans une cellule monastique, veillé par un moine du nom de Sulien, qui l'attendait. Sous sa conduite, et avec l'aide de Sandro, un jeune orphelin, il va découvrir une belle cité ancienne, Giglia, fief de la terrible famille Chimici, et déchirée par le conflit qui oppose cette famille à celle des Nucci. La ville se prépare à célébrer quatre mariages dans le clan Chimici, mais les Stravaganti s'attendent à une exacerbation de la guerre que se livrent les deux familles.

Quel rôle Sky, alias Celestino, alias frère Tino, doit-il jouer dans cette bataille ?

 

Mon avis

Un troisième épisode dense et compliqué par les histoires de famille qui opposent les Chimici et les Nucci. On se trouve plongé en plein coeur de ce conflit, et l'on a du mal à comprendre comment ces deux familles en sont arrivées là. C'est aussi un épisode bien plus dur que les précédent, car si jusque là la violence n'était pas particulièrement marquée dans la série, elle trouve ici un sommet assez triste et sanglant.

Les Chimici sont un parfait écho à la réalité, car leur clan ressemble en beaucoup de points à la famille Borgia, qui dominait à Florence et dans une grande partie de l'Italie au 16ème siècle : mariages entre cousins pour préserver le nom, manigances et manipulations entre politique et religieux, pot-de-vins, violence, meurtres... L'auteur explique justement à la fin du livre quels sont les points communs et les divergences entre les Borgia et les Chimici, ce qui permet au lecteur de parfaire sa connaissance générale.

Les personnages prennent aussi un peu plus d'épaisseur encore, nous entrons dans l'intimité de leurs sentiments, et l'évolution de certains personnages est intéressante. On suit avec beaucoup d'intérêt les hésitations de Nicholas, le cheminement de Sandro, qui nous est très sympathique, même si dès le début on sent qu'il ne sera pas dans les clan des "méchants", l'évolution des sentiments entre Arianna et Luciano, les réflexions de Georgia... Et la surprise est au rendez-vous quand on voit le revirement inattendu de l'Anguille (dont on devine très vite l'identité).

Car nous retrouvons ici tous les personnages que l'on a rencontrés au cours des deux précédents opera, dans La Cité des Masques et La Cité des Etoiles, avec un vrai bonheur pour certains. J'ai plus apprécié cette lecture, cependant, que La Cité des Etoiles, mais je ne saurai dire pour quelle raison : cela ne tournait plus autour des chevaux ? Un héros, et non une héroïne ? Une ville qui fut le berceau de la Renaissance Italienne ? Je me pose encore la question...

Cette trilogie pourrait se terminer ainsi, car plusieurs intrigues trouvent leur conclusion, mais Mary Hoffman a depuis fait paraître deux autres tomes, La Cité des Secrets et City of Ships (non encore traduit). Cependant, le peu que j'ai lu sur la Cité des Secrets ne m'attire pas autant que ce que j'ai lu jusque là, car il paraît qu'il n'y a plus de lien (personnages) avec les intrigues précédentes. Je ne pense donc pas le lire, à moins que ma bibliothèque ne s'en porte acquéreuse, et je m'arrêterai donc là.

 

En lisant ces trois romans jeunesse écrits par une femme, je participe au défi lecture de La Plume d'Opaline, et je considère que c'est mon premier roman sur les quatre minimum que je dois lire...

La Plume au féminin