Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Bible au féminin

La Bible au féminin, Marek Halter

Rayonnage : Roman historique, biographie romancée

 

 

Parlons d'abord un peu de l'auteur... Marek Halter, l’auteur de La Mémoire d’Abraham et Les Fils d’Abraham, est aussi un homme engagé dans tous les combats de la fin de ce siècle. Né à Varsovie en 1936, échappé du ghetto, il traverse Moscou sous les bombes et passe son enfance en Ouzbékistan, en Asie centrale soviétique, son adolescence en Argentine et habite, depuis 1950, la France, pays où ses ancêtres, venus d’Espagne, s’étaient installés en 722. Son nom est lié à la recherche de la paix au Proche-Orient et au dialogue israélo-palestinien, aux mères de la place de Mai à Buenos Aires, à Sakharov, Havel, Estrella, Walesa, Chtcharanski…, aux dissidents soviétiques et aux refuzniks juifs, aux moudjahedines en Afghanistan, à Solidarnosc en Pologne et à SOS Racisme en France, à la mémoire surtout, comme arme de combat et aussi comme thème d’un livre (Un homme, un cri) qui a fait le tour du monde et dans lequel il retrace l’histoire deux fois millénaire d’une famille juive, la sienne. On s’interroge souvent sur les raisons qui poussent cet enfant du ghetto à se lancer dans tant de batailles. Beaucoup l’admirent, certains le critiquent. Il ne laisse personne indifférent. Un homme engagé, un citoyen du monde qui n'hésite pas à clamer haut et fort ses positions face aux drames du monde et ses convictions religieuses aussi bien que politiques. source : site des éditions Robert Laffont

 

Résumés

Nous voici donc en présence d'une trilogie de Marek Halter, consacrée à montrer la modernité de trois figures féminines de la Bible, et plus particulièrement de l'ancien testament. Deux de ces trois femmes sont plus connues que la troisième, mais elles reflètent toutes une facette de la force féminine.

 

http://static.letsbuyit.com/filer/images/fr/products/original/221/86/la-bible-au-fminin-tome-1-sarah-cadeau-les-hrones-de-la-bible-livre-illustr-22186826.jpeg

Tout d'abord, nous avons l'histoire de Saraï, la femme d'Abraham (livre de la Genèse, pour la référence biblique). Le jour de ses premières règles, Saraï, jeune fille bien-née, sut qu'en refusant d'épouser celui que son père lui destinait, elle se condamnait à abandonner la quiétude de la ville royale. Pour toujours. Dans sa fuite, elle croisera Abram, un jeune mar.Tu., « un de ces Amorrites venus des frontières du monde » dont elle s'éprendra et qui, le temps d'une nuit, la protègera. Bientôt rattrapée par les soldats de son père, elle n'aura d'autre choix - pour conjurer les oracles - que de boire une décoction d'« herbe de sécheresse ». Son sang ne coulant plus à chaque nouvelle lune, elle intègrera alors - suivant en cela les prophéties d'un devin - le temple d'Ishtar, déesse de la guerre et en deviendra sainte servante. Avant qu'Abram ne l'enlève. Et qu'elle ne lui consacre son existence, cheminant à ses côtés en direction de Canaan, terre que le Dieu unique promit à Abraham, lorsqu'il n'était encore qu'Abram.

Premier volume d'une trilogie consacrée à la modernité des femmes de la Bible, Sarah retrace l'existence tumultueuse de cette aristocrate sumérienne, née à Ur, il y a quatre mille ans, qui subit le mépris de la société qui l'accueille, car elle est une femme "au ventre sec". Elle traverse toutes les épreuves connues par les femmes stériles : l'adoption, la jalousie envers la mère porteuse qu'elle a pourtant donnée à son mari, la conception inespérée. Un roman charnel et poétique qui confirme les talents de conteur de Marek Halter et le place bien au-delà des genres littéraires.

 

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782221095874.jpg

Le second tome est consacré à Tsippora, la femme de Moïse (livre de l'Exode, dans la Bible). Vers 1450 avant J.-C., une enfant noire est recueillie au bord de la mer Rouge. On l'appelle Tsippora, « l'Oiseau ». Hélas, la couleur de sa peau résume déjà tout son destin : nul ne la voudra pour épouse. Elle est de la chair dont on fait les servantes et les esclaves... Un homme pourtant fait tout basculer: Moïse, en fuite devant Pharaon. Accueilli par Jéthro, le père adoptif de Tsippora, il ignore encore qu'il sera le libérateur des Hébreux d'Égypte. C'est elle, l'étrangère, la non-juive, qui fait de Moïse celui qui sera capable de recevoir les Lois dictées par Dieu, ces lois qui protègent le faible contre le fort. Amante puis épouse, Tsippora n'en demeure pas moins une « Kouchite », une noire, une étrangère. Alors qu'ils doivent affronter la férocité de Pharaon puis l'enfer du désert, la lutte pour le pouvoir sur le peuple de l'Exode est intense. Aaron et Miryam, frère et soeur de Moïse, n'auront de cesse d'éloigner Tsippora de Moïse et de briser leur union.

Dans cet épisode qui retrace l'une des plus fabuleuses épopées de l'Histoire, Tsippora la Noire, au côté de Moïse, est l'incarnation de la passion et de l'intelligence humaines. La première, elle comprend le plein sens des mots qui demeurent aujourd'hui encore nos guides : « Tu accueilleras l'étranger dans ta maison comme l'un des tiens parce que tu as été étranger dans le pays d'Égypte... » Une lucidité qui fera d'elle une grande héroïne de la Bible, trop méconnue et pourtant d'une modernité stupéfiante.

 

http://uwc.libersum.net/imagerepository.ashx?ean=9782266146166&SIZE=m&WebSite=AO

Enfin, la dernière des trois femmes dont Marek Halter retrace le destin est Lilah, la moins connue des trois, et pourtant d'une grande importance également. En fait, je vient d'aller vérifier dans ma Bible, elle n'est pas citée (du moins je ne l'ai pas trouvée !), mais l'histoire de son frère Ezra est racontée dans le livre d'Esdras (un livre particulièrement masculin - tous les noms cités sont ceux d'hommes, de chefs de tribus, de prêtres, de chantres... Mais aucune femme n'est nommément mentionnée ! - Cela est sûrement dû à la constitution du peuple juif, civilisation qui repose principalement sur le culte sur les hommes, mais quand même... ). En 397 avant J.-C., Lilah entrevoit le destin de son frère bien-aimé, Ezra : être l'instigateur du renouveau du peuple juif, qui, au cours de siècles d'exil à Suse et Babylone, a oublié ses origines, et parfois même son Dieu. En accord avec le roi de Mésopotamie, Ezra part pour Jérusalem afin de reconstruire le Temple détruit et de rappeler aux Juifs leur identité. D'une intelligence aiguë, fin connaisseur des lois de Moïse, Ezra a une idée de génie qui permettra la survie de l'identité juive à travers les siècles: ce n'est pas en érigeant des temples que le peuple juif survivra, mais en inscrivant dans sa mémoire, génération après génération, les textes bibliques. Cependant, la ferveur religieuse d'Ezra tourne à l'intransigeance : pour conserver la pureté du peuple juif, il ordonne la répudiation de toutes les épouses étrangères et de leurs enfants. Révoltée par la douleur de ces femmes, Lilah se dresse contre l'extrémisme de son frère et organise la résistance.

Après avoir assumé un destin de femme seule pour seconder Ezra, Lilah est confrontée à une déchirure. Quand celui qu'elle prenait pour un visionnaire tombe dans les excès du fanatisme, elle doit choisir entre son amour pour lui et sa conscience.

 

Mon avis

Voilà, je vous ai résumé les trois tomes de cette trilogie. Les trois romans ne sont pas particulièrement liés, on peut les lire tout à fait séparément, car tout ce qui les rejoint est la volonté de l'auteur de se pencher sur ces femmes de la Bible, plus ou moins connues. Quant à savoir si ce que l'auteur raconte est juste ou non, où il a été chercher ses renseignements, nous ne pouvons le savoir, car la Bible ne donne pas tant de détails ! Et comme je ne connais pas assez bien tous les textes juifs, bien que la plupart soient les mêmes que ceux que l'on retrouve dans l'Ancien Testament des Chrétiens, je ne peux dire s'il a trouvé cela dans des légendes ou des traditions juives...

Tout ce que je peux vous dire, c'est que ces petits romans se lisent très vite, très facilement, et qu'on se laisse tout à fait prendre par l'histoire racontée. Et parfois, pour peu qu'on ait un peu de curiosité, on a même envie de se replonger dans la Bible pour aller vérifier tel ou tel fait, comme je viens de le faire pour ce message... Bien entendu, on ne retrouve pas exactement tout, mais des événements touchant les personnages masculins des romans sont bien rapportés dans les textes sacrés, donc là, on peut vérifier ! 

Allez, bonne lecture à tous !

 

labrige 27/07/2011 08:20


Bien intéressant ... Ils font partie de la pile des "à lire" qui menace de s'effondrer sur moi pendant mon sommeil !


Bernie 27/07/2011 08:24



Héhéhé... Dangereux, il va falloir écumer un peu ! ;-)